Aujourd’hui, c’est au tour de Charlotte de passer sur le grill 😉

1/ Hello Charlotte ! Une petite présentation ?

 

Bonjour tout le monde !

Moi c’est Charlotte,  libraire depuis 2012 en région parisienne. Vous vous en doutez, j’adore lire et j’aime partager mes coups de cœur livresques.

Comme tous les amoureux des livres, je crois, j’ai une petite minette du nom de Flow, qui est pour moi la plus belle de toutes les minettes de la terre (mais on me dit toujours que je manque d’objectivité à ce sujet).

Toutes les deux, on aime passer du temps sur le canapé, moi avec un livre dans une main et une tasse de thé dans l’autre, elle blottie sur mes genoux. Et gare à celui ou celle qui nous dérange !

 

 

2/ Qu’est-ce qui t’a poussé à rejoindre l’initiative #FreedomtoKiss / #baiserscontrelhomophobie ?

 

Tout comme nombre d’entre vous, j’ai été choquée par la recrudescence d’actes de violence homophobes/transphobes qui ont fait la une des médias dernièrement. Donc quand notre chère Cindy a lancé #FreedomtoKiss / #baiserscontrelhomophobie, je me suis dit que c’était le bon moment pour apporter ma contribution, aussi petite soit elle.

J’essaie comme je le peux, à ma modeste échelle, de défendre le droit à la différence et à la diversité. Aimer qui l’on veut, comme on l’entend doit être un droit, une liberté inaliénable.

Je pense d’ailleurs à une petite citation mise en exergue du texte La Belle Sauvage de Philip Pullman « Le monde est plus fou et plus vaste qu’on ne le pense, D’une incorrigible pluralité […] Et je ressens l’ivresse profonde des choses si diverses » (Neige, Louis MacNeice)

La diversité, partout, c’est ce qui nous rend plus beaux et plus riches.

C’est pour cela que j’ai décidé de participer à l’initiative #FreedomtoKiss / #baiserscontrelhomophobie, malgré ma timidité et mon incapacité à tenir des délais (Sorry Cindy X) ).

Et quel meilleur moyen que de passer par le biais des mots – les mots que j’aime tant- pour le faire ? Des écrivains comme Voltaire ou Sartre ont souvent comparé leur plume à une arme, et je crois que l’écriture est effectivement la plus belle arme pour tenter de rendre le monde meilleur.

 

3/ Peux-tu nous en dire un peu plus sur ton texte sans (trop de) spoilers ? 😉 Pourquoi avoir choisi cet univers, ces thèmes, etc ?

 

J’ai voulu mettre en scène un coup de foudre entre deux personnages, plus tout à fait adolescents mais pas encore adultes, dans un cadre bienveillant.

Je lis très très peu de romance. Et quand un client me demande une belle histoire d’amour « qui finit bien » je suis toujours un peu embêtée car celles que j’ai lues et appréciées sont souvent tragiques.

Donc j’ai voulu prendre le contre-pied de cette tendance en proposant une histoire d’amour somme toute banale, mais positive, sans être mièvre, j’espère.

 

4/ Quels sont tes projets d’écriture ?

 

En général, j’écris pour moi-même. C’est une première pour moi d’écrire un texte qui sera lu par d’autre…

J’ai plusieurs projets qui traînent dans les tiroirs depuis un moment, un texte feel good, un texte de science-fiction, un texte d’aventures… Mais comme j’ai un niveau de confiance en moi proche de zéro et une capacité à remettre en question chaque phrase que je couche sur le papier, ou l’écran plus précisément, je n’avance pas très vite (gros euphémisme), d’où mes problèmes pour tenir des délais 😉

 

5/ Question lecture ! Quel(s) titre(s) recommanderais-tu ?

 

Ah ! Je suis plus douée pour conseiller des livres que pour les écrire ^^

 

– Les romans ado de Benjamin Saenz Alire Dante et Aristote découvrent les secrets de l’univers / L’insaisissable logique de ma vie (publiés chez Pocket jeunesse). Deux petits bijoux que j’aurai aimé lire pendant mon adolescence. L’écriture est simple, sincère, juste et bienveillante, les personnages sont extrêmement touchants.

 

-N’importe quel livre de Luis Sepùlveda, même si j’ai une préférence pour Les roses d’Atacama, un recueil de nouvelles paru aux éditions Métaillé. L’écriture de Luis Sepùlveda déborde d’humanité et de bienveillance. Il met souvent en scène des personnages auxquels on ne donne généralement pas de visibilité. Pour lui, nos différences font nos forces, comme dans son petit texte L’histoire de la mouette et du chat qui lui appris à voler (éditions Métaillé).

 

-Des textes de Science Fiction qui, même s’ils sont très éloignés de notre quotidien, sont finalement très en lien avec notre époque et ses problématiques. Je pense par exemple au classique Fahrenheit 451 de Ray Bradbury (disponible aux éditions Folio), mais aussi à la collection Une heure – lumière, aux éditions le Bélial’, qui propose des textes qui peuvent éveiller les consciences, comme L’homme qui mit fin à l’histoire de Ken Liu ou Cérès et Vesta de Greg Egan.

 

6/ Un dernier petit mot ? 

 

J’ai hâte de lire les nouvelles de toutes les personnes qui participent à ce chouette projet.

Et à celles et ceux qui nous lisent : prenez soin de vous, et merci !

 

Merci Charlotte de t’être prêté-e au jeu de l’itw !

Une réflexion sur “Interview #5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s